Histoire de la Maison

La famille d'origine

Grâce à une lettre de Madame Hewitt G. Fletcher, datée du 13 juillet 1984, et retrouvée dans les archives du College au moment de la rénovation de la Maison, on sait que la Maison fut construite par Madame Fletcher, petite fille de Lowe. Ainsi nous apprenons que c'est Marion W. Lowe, fille des propriétaires et diplômée de Wellesley College en 1902, qui fit graver au-dessus de la grande cheminée l'inscription suivante: 

In der Welt ein Heim. In dem Heim eine Welt,

qui se traduit en français par: 

Dans le monde un foyer, dans le foyer un monde.

Il existe également une petite anecdote concernant les papillons de verre teinté des fenêtres de la bibliothèque. Ils furent offerts à la famille Fletcher par Sarah Whitman, l'une des premières femmes à fabriquer des vitraux aux U.S.A. Madame Fletcher demanda que ces vitraux, s'ils n'intéressaient pas les rénovateurs, soient donnés à la salle Sarah Whitman qui se trouve à la bibliothèque Schlesinger de Radcliffe. Les papillons furent conservés; ils ajoutent un cachet d'antan à la pièce. La famille Lowe, même après plus de quatre-vingt ans, possède encore des attaches à Wellesley. La petite-fille de Madame Fletcher, Jennifer Fletcher, fut étudiante à Wellesley College.

Du temps des Lowe, la Maison connut de nombreuses années de gloire. Elle était le centre d'acceuil d'anciennes étudiantes de Wellesley ainsi que le lieu de réunion de club TZE. A cette époque, le jardin comprenait un court de tennis, un potager et des dépendances pour les employés de maison.

En 1940, Wellesley College achète la maison aux Lowe et la met en location.

A la fin des années 70, l'administration de Wellesley College décida d'abattre la Maison car, pendant les huit années où elle était restée inoccupée, elle avait beaucoup souffert des hivers rigoureux de la Nouvelle-Angleterre. Grâce à la ténacité de professeurs de français qui firent valoir l'idée d'une Maison Française comme centre culturel habitable, et de professeurs d'art qui surent mettre en valeur les qualités architecturales du bâtiment, grâce aussi aux dons de Monsieur Kopf, dont l'épouse s'intéressait beaucoup à la culture française, et au parrainage d'anciennes étudiantes francophiles, le projet de rénovation fut accepté.

Enfin la valeur architecturale de la Maison fut reconnue.

La rénovation

La rénovation du bâtiment fut entreprise par deux anciennes étudiantes de Wellesley, Ann M. Beha, architecte, et Carol R. Johnson. La maison annexe devait être démolie, mais les architectes surent prouver que l'unité architecturale d'ensemble serait détruite si la "Carriage House" disparaissait. Carol R. Johnson eut aussi l'idée d'un patio entre la Maison principale et l'annexe, ce que rendit possible l'accès de la Maison aux handicapés physiques. Il avait été prévu de prolonger le patio derrière la Maison, mais le budget accordé au départ ayant été déjà dépassé, ceci ne fut pas réalisé.

En effet une fois les travaux des chambres terminés, les services d'incendie de la ville de Wellesley déclarèrent, après examen des lieux, qu'il manquait trente centimètres de hauteur au plafond du dernier étage de la maison pricipale. Ceci éleva le coût des réparations de $60,000, un prix de revient total de la Maison fut de $700,000!

La décoration intérieure

Ann Beha exprima son désir de préserver le cachet original de la Maison dans sa réponse à Madame Fletcher:

"The intent of the project is to preserve the Arts and Crafts architecture and detailing which remained in the building. The Sarah Whitman stained glass windows have been restored and will remain in the library. They are beautiful and add a whimsical touch to the room. The living room and library contain many fine and unusual details from the Arts and Crafts period to harmonize with the design of the house."

La rénovation de la Maison suscita de nombreux intérêts et notamment celui de Peter Fergusson, professeur d'histoire de l'art, qui participa en tant que conseiller, à la rénovation de la Maison. Son expertise permit de faire respecter le style "Arts and Crafts" en vogue à la fin du siècle dernier, aussi bien dans le décor de la Maison que dans son ameublement. William Morris, Stickley, Limbert, Roycroft figurent parmi les artistes qui eurent le plus d'influence sur le mouvement "Arts and Crafts."

Ce mouvement fut surtout caractérisé par l'emploi du chêne dans la fabrication des meubles et de motifs naturels (des feuilles, des oiseaux, etc.) pour les impressions des tissus. C'est ainsi que les chaises et les banquettes de la bibliothèque de la Maison furent recouvertes de tissus fabriqués à partir de dessins originaux de William Morris, Tous les meubles du rez-de-chaussée de la Maison sont des meubles d'époque: la table de la cuisine, une Limbert des années 1890, les chaises, des Stickley, furent acquis chez Skinners à Bolton, Mass., l'une des plus anciennes salles de vente aux enchères des Etats-Unis.

Contact Us

Contact Us

Depart​ment of French
Green Hall 228A
Wellesley College
106 Central Street
Wellesley, MA 02481

Barry Lydgate
Department Chair

Sarah Allahverdi
Administrative Assistant
sallahve@wellesley.edu

 

Tel: 781.283.2403
Fax: 781.283.3578